Comment faire une bonne négociation ?

La négociation est devenue récurrente dans la concrétisation d’une vente.
Il faut garder à l’esprit que les vendeurs savent qu’ils vont devoir négocier. C’est pourquoi ils fixent généralement leur prix de vente entre 5 et 10% au dessus de la somme attendue.

Les pré-requis d’une bonne négociation avant achat

1. Avant toutes choses ,vous devez définir votre budget maximum.
Rien de très compliqué, il vous suffit de rendre visite à votre banquier et le tour est joué.

2. Il faut se faire une bonne idée du marché.
Comme dans l’article sur L’estimation, vous allez devoir vous faire une idée du marché local. Alors, visionnez des annonces pour vous familiariser avec les biens situés aux alentours de l’objet que vous convoitez. C’est très important car la pertinence de votre offre dépendra de cette phase.

3. La phase de renseignement : « Le savoir, c’est le pouvoir ».
Lors de votre visite, essayez subtilement de connaître les intentions du vendeurs ( les raisons de la mise en vente ). A-t-il des délais pour vendre son bien ? Est-ce-que d’autres personnes sont déjà intéressées ? Le bien est-il en vente depuis longtemps ?
Si vous obtenez des informations concluantes, vous aurez en main toutes les cartes pour faire baisser le prix ou pas.

La question clef : « Le prix est-il négociable ? »

Deux cas de figure vont se présenter :

– « OUI » vous êtes en bonne voie. A vous de faire une offre qui sera acceptable pour le vendeur.

– « NON » ne vous découragez pas. Cela ne veux rien dire alors faites tout de même une offre et la négociation commencera !

Préparer vous avant de lancer les festivités.

L’argumentation et l’audace seront vos meilleurs atouts. Vous devez avoir un objectif en tête : convaincre le vendeur.

Utilisez tout ce que vous avez pu retenir lors de votre visite :

– Situation géographique : isolation, nuisances sonores (voie ferrée, autoroute, aéroport)…

– Rénovation : remise au goût du jour, conformité électrique, énergétique…

– Charges élevées

[…]

N’oubliez pas ce que vous avez appris sur les intentions du propriétaire et utilisez ces éléments pour mettre, un peu, sous pression le vendeur… Toujours avec courtoisie et diligence bien sûr !

Quelques techniques de négociation « musclée »

– L’offre non négociable : dangereux car une chance sur deux de faire fuir le vendeur.

– La sous-évaluation : commencer très loin du prix d’achat pour remonter l’offre progressivement. C’est une technique dangereuse aussi car vous risquez d’être insultant aux yeux du vendeur et il coupera court à la négociation.

Je vais conclure cet article en vous conseillant une chose à faire et une autre à ne surtout pas faire :

– soyez réactif. C’est une qualité qui fera de vous un bon négociateur et cela vous évitera de vous faire distancer par d’autres potentiels acheteurs.

– je vous déconseille fortement de négocier au téléphone. Il est beaucoup plus simple de raccrocher que de mettre « dehors » son interlocuteur.

Si vous avez une quelconque demande à nous faire ,n’hésitez pas à commenter ou envoyez vos questions par e-mail à l’adresse suivante : contact@sunimmo-riviera.ch
J’espère que cette article vous a apporté des réponses ! 🙂

N’hésitez pas à nous faire savoir si l’article vous a plu dans les commentaires ! Partagez l’article sur les réseaux, cela ne coûte rien et cela fait vraiment plaisir !
A très bientôt pour de nouveaux posts.
@SUNIMMO Support